2019 : la faillite de ceux qui nous gouvernent.

Par défaut

Si certains pensaient que les étoiles des fêtes de fin d’année avaient fait disparaître comme par magie la contestation des gilets jaunes, ils n’ont pas eu beaucoup à attendre pour déchanter. Il faut reconnaître que le gouvernement, Benjamin Griveaux en tête, et la majorité, ont tout fait pour souffler sur les braises durant ces derniers jours et mettre 50 000 personnes dans les rues, contre 32 000 la semaine précédente.

En quelques jours ceux qui nous gouvernent sont passés de la peur totale à l’amnésie, reprenant l’assurance qui est à l’origine des évènements : ignorance des réalités, certitude d’avoir raison, hermétisme total à la moindre amorce de débat ou de remise en cause. Ils ont même oublié le sac de l’Arc de triomphe, qu’ils ont été incapables de protéger : comment expliquer autrement qu’une porte de ministère puisse être défoncé sans la moindre anticipation des forces de l’ordre ?

Les semaines qui viennent seront déterminantes : soit, enfin, le gouvernement et la majorité écoutent vraiment et engagent le dialogue, soit ils ouvrent la porte à toutes les violences et à tous les extrêmes. En tout état de cause, l’amateurisme gouvernemental patent à tous les niveaux ne facilite pas les choses ; quand, de plus, personne n’offre aujourd’hui d’alternative crédible, il y a matière à être inquiet en ce début d’une année 2019 que l’on sent plutôt confuse et inquiétante.

Une réflexion sur “2019 : la faillite de ceux qui nous gouvernent.

  1. BIANCHI Gérard

    On dit le français pessimiste. Cet article pourrait attester les dires. Pour autant, en bon français, je ne peux qu’admettre que ce début d’année n’est que la poursuite de la fin d’année, coupé par les fêtes. Les amateurs en marche résisteront ils face aux amateurs en jaune ?
    Le pays mérite mieux. Le président se montre dangereux au travers de sa réaction face à la situation. Les démissions de ses proches ne rassurent pas.
    Avoir annihilé les partis politiques et fait taire les corps intermédiaires est la pire chose qui pouvait arriver.
    Être un vrai politique, avoir eu des mandats proche de la population, avoir connu des marocains, mais pas avoir grandi dans un cabinet avec pour seul expérience la banque.
    2019 ne se montre pas agréable.

Votre avis m'intéresse :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s