14 juillet 2021 : de l’insupportable à l’espoir. Au travail !

Par défaut

Le cycle des élections locales est désormais achevé : le message porté par les élections municipales, départementales et régionales est le même.

Le bilan de cette respiration démocratique vitale a tout pour inquiéter.

  • Le désintérêt massif des électeurs sur des élections qui pourtant nous concernent au plus près.
  • L’incapacité de la majorité, malgré tous les moyens mobilisés, de trouver sa place dans la vie politique locale.
  • La détresse des services de l’Etat malmenés, victimes d’un pilotage depuis Paris totalement hors-sol, incapable d’entendre les signaux qui remontent du terrain.

Incompréhensible.

Le contexte national explique largement cette situation : le gouvernement n’est pas un centre de formation pour apprentis-politiques ; les erreurs se sont accumulées depuis la crise des gilets jaune, et le contexte de la crise COVID a mis en évidence la défiance entre les citoyens et ceux qui les dirigent. Qui plus est la suffisance est trop souvent inversement proportionnelle à la compétence.

Aujourd’hui, la seule préoccupation du Président de la République est sa réélection, au point de sacrifier ses ministres pour éliminer de potentiels adversaires : faillite totale là aussi. En d’autres temps, un ministre qui perdait une élection, démissionnait. En d’autres temps…

Inadmissible.

Depuis 5 ans nous avons vu le délitement progressif de la défense de l’intérêt général. Un gouvernement incapable de donner un cap, de donner l’exemple, de donner envie de le suivre tout simplement. Les services de l’Etat fournissent une excuse facile et totalement erronée. ils font le métier dans des conditions inimaginables : qui aurait cru un jour que le coeur même de notre démocratie, l’élection, serait victime des choix erronés du gouvernement en matière de diffusion de propagande électorale ? Certainement pas les services des préfectures, cantonnés aux rôles de pompiers pour limiter la casse. Et je ne parler pas des préfets, tenus de justifier l’injustifiable à leur grand désarroi.

Insupportable.

Faut-il désespérer ? Non, d’autres aspects sont porteurs d’avenir :

  • L’illusion du « nouveau monde » étant tombée, la vie politique française se polarise à nouveau autour d’une gauche et d’une droite à même de fournir le corps d’un débat démocratique qu’il faudra recréer.
  • La marginalisation des dogmatismes d’extrême-gauche, d’extrême-droite et écologique est manifeste. La vérité révélée n’apportera pas davantage les réponses attendues aujourd’hui qu’hier.
  • Plus localement le déplacement du centre de gravité de la vie politique puydômoise du socialisme vers le centre-droit est porteuse d’un nouveau souffle dans une Auvergne bien vivante malgré le saccage de la loi Nôtre.

La reconnaissance par les électeurs du travail accompli, la richesse de l’engagement citoyen local et la force de proposition qui se sont exprimés lors de la campagne électorale sont le plus puissant des moteurs.

Aussi il est temps de préparer dès maintenant les échéances de l’année 2022. J’espère qu’elles balayeront les vendeurs de rêve, les porteurs de certitudes et les paresseux prétentieux de 2017.

La perspective qu’ils veulent nous vendre du « moi ou le chaos » n’est pas acceptable. Tout doit être fait pour rassembler toutes celles et ceux qui refusent l’étau dans lequel la macronie et le RN veulent les broyer. Les mâchoires se sont largement desserrées lors de ces élections, à nous de les briser définitivement.

Ce rassemblement ne passera pas par la tentation habituelle du passage en force des Républicains, pas plus par les calculs stériles du centre-droit. Les candidats sont nombreux, ils devront dépasser leur ego et les calculs d’appareil pour entraîner autour d’une vraie ambition partagée. entraîner cela veut dire aller chercher où elles sont les forces à réunir, cela veut dire montrer le chemin à parcourir ensemble dans les années qui viennent.

Au travail !

Impressionnant : la préfecture du Puy de Dôme ne met même pas les élections en avant sur son site ???

Par défaut

Ambert au Centre - le site de ceux qui s'engagent vraiment

Mais quelle idée j’ai eu d’aller directement sur le site de la préfecture pour aller voir les candidats aux élections régionales dans le Puy de Dôme ? Pourtant, c’était une évidence pour moi…

C’est tellement invraisemblable qu’on peine à y croire, et pourtant : http://www.puy-de-dome.gouv.fr

capture d’écran du site de la préfecture du Puy de Dôme au 5 juin 2021 – 20 h 20

Elections ? Non ; alors c’est certainement plus bas…

Et bien non, toujours pas… Alors on va encore plus bas…

Et bien non, c’est le bas de la page et toujours rien.

Permettez-moi juste un commentaire : dans ces conditions à quoi sert ce site internet ?

Pire, on tape « élections » dans la fenêtre de recherche de cette même page d’accueil : Résultats de la recherche pour l’expression : élections (articles – Page : 1) – Internet des Services de l’Etat du Puy-de-Dôme (puy-de-dome.gouv.fr)

Consternant.

Ou…

Voir l’article original 39 mots de plus

Georges GAUDEL (1950-2021)

Par défaut

Marsac ça bouge !

Jusqu’au dernier moment Georges a tenu à rester dans sa commune entouré par tous les siens. C’est ainsi qu’il nous a quitté hier soir.

Pas vraiment quitté en fait, car nous aurons toujours l’impression de le croiser sur les routes et les chemins de la commune, dans les villages : il a tant fait au service des Marsacois, accomplissant son mandat de maire adjoint jusqu’au bout malgré la souffrance.

Derrière l’élu rigoureux et exigeant, veillant à toujours défendre l’intérêt général dans le respect de chacun, se trouvait également un homme réservé d’une grande sensibilité, toujours attentif aux autres ; il l’exprimait à travers ses dessins, ce talent découvert et exprimé au sein de l’association « Dessine-moi un mouton », mais aussi dans les attentions du quotidien, pour tous ceux qu’il côtoyait.

Si nous qui le croisions tous les jours à la mairie sommes aujourd’hui dans la peine et la tristesse, nous ne…

Voir l’article original 85 mots de plus

Elections départementales et régionales : fini la tête à Toto…

Par défaut

Décidément question éthique la majorité et le gouvernement s’enfoncent dans la médiocrité : le décret de convocation des électeurs pour les élections départementales et régionales est paru : on trouve, dans l’article le présentant ce morceau de bravoure :

Autre nouveauté instaurée par cette loi qui entrera en vigueur pour la première fois lors de ce scrutin : il est désormais interdit de faire figurer sur les bulletins de vote des noms ou photographies de personnes qui ne sont pas candidates dans la circonscription. Il n’est donc, par exemple, plus possible d’indiquer sur les bulletins de vote qu’un candidat est soutenu par une personnalité nationale non candidate dans la circonscription. Il est également interdit, désormais, de faire figurer sur les bulletins de vote « la photographie ou la représentation d’un animal ». source : https://www.maire-info.com/elections/elections-regionales-departementales-ce-que-on-sait-sur-organisation-materielle-du-scrutin-article-25089

Donc faire élire n’importe qui en y accolant la tête d’Emmanuel Macron c’est bien, mais si d’autres – suivez mon regard – le font, ça n’est pas bon ? Rappelons-nous : La République un marche : un culte de la personnalité naissant ? – Michel SAUVADE – chronique démocrate auvergnate ; certes, il ne s’agissait pas du bulletin de vote, mais j’ai du mal à saisir la nuance…

De là à conclure que la tête du Président de la République – et même son nom ! – n’a plus aucune valeur électorale il y a un pas que je n’hésite pas à franchir allègrement. Quant à ceux qui ont été élus… comment dire, les électeurs se sont faits une idée depuis de leur efficacité. Après tout, on a les élus qu’on mérite… Et vive la médiocratie ambiante ! #PretAToutPourRéussir