Michèle Martineau nous a quittés.

Par défaut

En 1984 Michèle MARTINEAU m’accueillait au lycée Aubanel d’Avignon comme jeune professeur stagiaire, venant tout juste de réussir le CAPES d’Histoire-Géogaphie.

En faisant de moi un collègue, complètement intégré au sein de l’équipe de 13 Historiens-géographes de l’établissement, elle me montrait que ce métier ne trouve tout son sens que collectivement, en confiance et  au service des élèves.

En partageant son implication dans l’Association des Professeurs d’Histoire-Géographie, elle me montrait que l’actualisation des connaissances est une exigence professionnelle, tout en acceptant que le « métier » ne s’acquiert que progressivement, soulignant avec sourire et indulgence, les erreurs, imprécisions et maladresses que seul le partage d’expérience permet de dépasser.

En acceptant et en encourageant même parfois des démarches différentes, elle m’ouvrait la voie vers ce que l’on n’appelait pas encore les TICE et à peine les « nouvelles technologies ». Encore une question de partage, dans lequel chacun apporte sa part pour faire émerger de nouvelles idées : c’est le fondement même de l’Internet.

Bien au delà de la stricte dimension professionnelle, Michèle Martineau a mis en évidence quel était à son sens la place d’un enseignant d’Histoire-Géographie dans le monde mouvant des années 80 : un acteur exigeant et engagé de la vie collective. Engagement scientifique engagement associatif, engagement politique,  autant de facettes pour apporter sa pierre à l’édifice.

Ce faisant, sans le savoir – ou en le sachant trop bien – , elle a fait quelque part ce que je suis aujourd’hui. En contact annuellement avec elle, à l’occasion des traditionnels vœux de début d’année, j’ai eu le bonheur de la rencontrer une dernière fois il y a un peu plus d’un an, toute entière tournée vers des projets de voyages culturels pour faire partager sa passion, que la maladie n’a jamais diminuée. Dernier message d’une tutrice pour son stagiaire, même si nous le savions pas alors.

Je viens d’apprendre qu’au mois d’août dernier elle nous a quittés, sans rien dire… Michèle, que ces quelques lignes soient un dernier sourire entre nous. Juste un sourire, mais bien plus qu’un sourire.

Le retour vers une certaine idée de la France

Par défaut

Ambert au Centre - le site de ceux qui s'engagent vraiment

P1040923.JPG

Hier s’est déroulée une réunion d’hommes et de femmes qui partagent les mêmes valeurs sans pour autant renier leur appartenance à leur famille politique.

Ils ont voulu faire preuve d’indépendance et montrer leur attachement aux valeurs que porte et que défend Alain JUPPE.
Des comités se mettent en place un peu partout dans le puydômois et sur l’ensemble du territoire national.
Nous continuons, au sein du territoire, à promouvoir la seule idée viable qui à fait ses preuves, celle d’une alliance entre le Modem, les Républicains et l’UDI.
Il n’y a pour nous, une seule raison d’être à notre action, trouver et promouvoir des solutions à cette partie de France.
Pour réussir cela nous avons besoin, à la tête de l’état, d’un homme d’expérience, un homme de dialogue qui a la capacité de réunir dans notre pays toutes les bonnes volontés.
Nous ne pouvons qu’être d’accord avec ce projet et…

View original post 70 mots de plus

5/5 – régionales : Au fait, Brice HORTEFEUX a-t-il encore sa place en Livradois-Forez… et ailleurs ?

Par défaut

Ambert au Centre - le site de ceux qui s'engagent vraiment

Avertissement : cet article est bien futile par rapport aux enjeux que nous avons à affronter, le déficit dramatique de l’emploi et celui de la participation des citoyens à la vie politique du pays sans oublier les récents attentats à Paris ; nous en sommes conscients. Pourtant, la politique politicienne et les arrangements entre amis, à l’origine du rejet des politiques, déteste la lumière pour pouvoir  prospérer. Et nous, à Ambert au centre, on n’aime pas la politique politicienne et  souhaitons regarder les problèmes en face pour mieux les surmonter. A vous donc de choisir ou non d’aller plus avant dans cet article et y découvrir les coulisses de l’élection qui vient de se terminer.

En ce début d’année, il fallait conclure sur la série d’articles post-élection régionale 2015 et passer à la suite :

View original post 912 mots de plus