Guichet de la gare d’Ambert : la SNCF écrit à la mairie pour lui annoncer son intention de fermer le guichet le 4 décembre.

Par défaut

« C’est jamais bon de laisser dormir les créances, et surtout de permettre au petit personnel de rêver. » (Lino Ventura/Michel Audiard)

Ambert au Centre - le site de ceux qui s'engagent vraiment

retardCette fois-ci la municipalité ambertoise a prévenu par mail la totalité des communes de l’arrondissement du courrier qu’elle a reçu de la part de la SNCF une lettre annonçant l’intention de cette dernière de fermer le guichet de la gare :  » je vous confirme donc la fermeture du guichet d’Ambert à compter du lundi 4 décembre 2017« , écrit Alain THAUVETTE, Directeur régional TER Auvergne-Rhône-Alpes fraîchement arrivé à ce poste.  (https://www.mobilitesmagazine.com/single-post/2017/09/07/Alain-Thauvette-directeur-TER-d%E2%80%99Auvergne-Rh%C3%B4ne-Alpes)

Joint à ce mail d’information aux communes un courrier de Myriam FOUGERE saisissant le Préfet du Puy de Dôme de cette annonce et exprimant sa « surprise » et son « indignation » face à cette « décision unilatérale« . Nous ne lui reprocherons pas cette fois-ci de l’avoir joué « perso », et c’est une bonne chose. La SNCF ayant préalablement souhaité que soit organisée une réunion en mairie d’Ambert à laquelle seront associés les membres du collectif, nous…

View original post 70 mots de plus

Un projet de loi « Société de confiance » qui supprime la propagande électorale sur papier : On sourit ou on pleure ?

Par défaut

Il y a des jours…

Ambert au Centre - le site de ceux qui s'engagent vraiment

source : http://www.maire-info.com/article.asp?param=21258&PARAM2=PLUS&nl=1

moi7« Que contient le projet de loi Société de confiance, examiné demain au Cnen ?

Séance importante au Conseil national d’évaluation des normes, demain, avec l’examen, entre autres, du projet de loi « Pour un État au service d’une société de confiance ». Il s’agit là de la nouvelle mouture de l’ancien projet de loi « Droit à l’erreur », rejeté par les représentants des élus au Cnen en juillet (lire Maire info du 26 juillet).
On se rappelle que ce texte avait suscité la colère des élus. Il comprenait de nombreuses mesures impactant directement les collectivités, mais sans qu’aucune concertation n’ait eu lieu, avaient alors dénoncé les élus, sans étude d’impact sérieuse et « dans l’urgence ». Au moment précis où le président de la République venait, lors de la Conférence nationale des territoires, de dire sa volonté de « prendre en compte l’avis des élus », l’émergence brutale de ce texte avait fait désordre…

View original post 267 mots de plus