Elections départementales et régionales : fini la tête à Toto…

Par défaut

Décidément question éthique la majorité et le gouvernement s’enfoncent dans la médiocrité : le décret de convocation des électeurs pour les élections départementales et régionales est paru : on trouve, dans l’article le présentant ce morceau de bravoure :

Autre nouveauté instaurée par cette loi qui entrera en vigueur pour la première fois lors de ce scrutin : il est désormais interdit de faire figurer sur les bulletins de vote des noms ou photographies de personnes qui ne sont pas candidates dans la circonscription. Il n’est donc, par exemple, plus possible d’indiquer sur les bulletins de vote qu’un candidat est soutenu par une personnalité nationale non candidate dans la circonscription. Il est également interdit, désormais, de faire figurer sur les bulletins de vote « la photographie ou la représentation d’un animal ». source : https://www.maire-info.com/elections/elections-regionales-departementales-ce-que-on-sait-sur-organisation-materielle-du-scrutin-article-25089

Donc faire élire n’importe qui en y accolant la tête d’Emmanuel Macron c’est bien, mais si d’autres – suivez mon regard – le font, ça n’est pas bon ? Rappelons-nous : La République un marche : un culte de la personnalité naissant ? – Michel SAUVADE – chronique démocrate auvergnate ; certes, il ne s’agissait pas du bulletin de vote, mais j’ai du mal à saisir la nuance…

De là à conclure que la tête du Président de la République – et même son nom ! – n’a plus aucune valeur électorale il y a un pas que je n’hésite pas à franchir allègrement. Quant à ceux qui ont été élus… comment dire, les électeurs se sont faits une idée depuis de leur efficacité. Après tout, on a les élus qu’on mérite… Et vive la médiocratie ambiante ! #PretAToutPourRéussir

Le journal La Montagne m’interroge sur la situation politique actuelle : la réponse est claire.

Par défaut
  • Je ne me sens nullement concerné par la décision personnelle de François Bayrou de soutenir Emmanuel Macron, bien que je sois vice-président du MoDem 63 et conseiller national. Un conseil national aura justement lieu demain matin au siège du MoDem à 9 h et permettra de clarifier la position des uns et des autres.
  • Pour ma part je ne me reconnais pas dans l’émergence d’un parti social démocrate derrière Emmanuel Macron. Nous assistons là à la recomposition de la gauche, suite à l’explosion de son organisation actuelle. Saluons cependant la capacité à permettre l’engagement nouveau de citoyens qui ne se reconnaissent pas dans la politique actuelle.
  • François Fillon a été légitimé par le résultat sans ambiguïté du vote à la primaire de la Droite et du Centre. Comptant parmi les premiers soutiens d’Alain Juppé dans le Puy de Dôme, j’ai reconnu sans hésitation cette légitimité.
  • Dans le contexte actuel c’est donc à François Fillon de prendre ses responsabilités en toute conscience pour faire réussir la véritable alternance dont le pays a impérativement besoin.
  • Dans la semaine qui vient, en fonction de la décision qui sera la sienne, je donnerai mon parrainage en tant que conseiller départemental – et non de maire de Marsac en Livradois – à celui qui sera le plus à même de porter la Droite et le Centre au pouvoir pour réussir l’alternance.